AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Amanda Tiwold [Fille du patron]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amanda Tiwold
Fille du chef
du gang Tiwold

avatar

Nombre de messages : 253
Surnom : Amy
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Amanda Tiwold [Fille du patron]   Mer 15 Fév - 18:57

Nom: Tiwold.

Prénom: Amanda.

Surnom: Amy.

Année de naissance: Février 1899.

Âge: 21 ans.

Sexe: Féminin.

Ville de naissance: Kanst.

Famille:
Elle a un père, qui n’est autre que le chef du gang de Tiwold et un frère aîné. Sa mère étant morte quelques années après sa naissance. Elle était à deux doigts de se marier, mais est finalement resté seule.

Rang:
Elle travail pour son père, sur certaine affaire de diverse catégorie.

Armes:
Un revolver qu’elle dissimule sous sa robe, accroché à sa jarretière.

Caractères:
On peut avoir l’impression que son cœur est aussi froid que ses propos ou que le regard qu’elle pose sur vous, mais il n’en est rien, ce n’est qu’une apparence dont elle ne peut plus se séparer. Sa froideur fait partie d’une carapace qu’elle s’était formée, il y a de cela très longtemps. Mais elle n’en est pas pour autant dur...
Elle peut-être douce, mais cela n’arrive pour le moment que quand elle est seule avec son frère, avec qui elle est très proche. Il la toujours protégeait et soutenue en toute circonstance, et quoi qu’il arrive ou arrivera.
Elle est distante et n’aime pas se lier d’amitié, même si parfois elle peut en sentir le besoin.
Lors de conflit, elle ne cherche pas la violence en premier recourt, mais davantage la discutions. Et si celle-ci ne mène à rien, elle ne regrettera pas d’employer une manière, disons... plus forte.
Oui, on peut dire qu’elle a un sacré caractère, car elle ne veut pas se laisser marcher sur les pieds, et elle déteste se faire manipuler. Ce qui peut la rendre par la suite, un brin rancunière.

Physique:
Cette créature humaine et féminine dégage une grande beauté, ainsi qu’une grâce non dissimuler par des tenues largement évaser, qui ne fond que souligner davantage chaque courbe de son corps. De même que ses fines jambes que l’on dirait interminable. Pourtant, elle n‘était, pas plus grande que la moyenne des femmes de l‘époque.
Sa peau nacrée et pâle est d’une douceur tel que la pêche cueillie directement à l’arbre. Sa pâleur naturelle est encore relevée par la noirceur de ses cheveux. Qu’elle coiffe selon s’est envie avec désinvolture ou en les remontant tous dans une coiffure trop complexe pour les non-initiés.
Mais peu-importe comment elle peut bien les porter, ils soulignent toujours avec autant de finesses les doux traits de son visage de jeune femme. Son regard sombre et froid ne fait qu’un avec leur couleur qui n’est autre que le noir. Un noir profond, sans fond...
Ce n’est pas parce qu’elle ne manque pas d’argent, qu’elle porte des bijoux, au contraire, elle n’en à presque jamais sur elle. Sauf peut-être un tour du coup très simple et d’un seul et unique couleur, celui-ci, ne faisant que relever avec charme son port de tête.
Et tout ce qu’elle peut porter à part cela, c’est son arme, qu’elle dissimule sous sa robe, accrocher à sa jarretière.

Histoire:
Comme vous l’aurez sûrement comprit, Amy a un caractère plutôt froid, malgré le fait que ça n’enlève rien à son charme qu’elle garde intact.
Mais savez-vous comment elle en est arrivée là ? Non, et bien, je vais devoir vous conter son histoire pour ne pas que vous restiez ignare jusqu’au jour de votre fin. Pour cela, je devrais tout vous dire, de sa naissance en ce monde à la date d’aujourd’hui...

Alors, si mes souvenirs ne me font pas défauts, ce récit se mit à prendre vie, il y a 21 ans, en 1899, lors d’une aube hivernale. Après un travail interminable de toute une nuit, une enfant naquit dans la maternité de Kanst, du ventre de sa mère. Une mère qui avait pour nom celui de Caroline Tiwold.
Vous allez me dire que ce nom vous dit quelque chose. Et je vous répondrais que c’est bien normal. Mais à cette époque, il était bien moins connu. Le père de ce bébé, que l’on nomma Amanda, allait être un des deux grands chefs de gang de notre ville. Mais pour le moment, il était un simple trafiquant en tout genre. Il n’était pas encore à son apogée, mais avez déjà une bonne petite fortune personnelle. Son travail de façade étant gérant d’une chaîne de Pompes Funèbres.

Mais revenons à Amanda. Ses parents n’étaient pas les seuls membres de la famille Tiwold, elle avait aussi un frère qui avait lors de sa naissance 6 ans.
Ils eurent en grandissant une relation très fraternelle, presque de confident l’un pour l’autre. Malgré le fait qu’ils aient autant d’années d’écart.

Ensuite, nous allons faire un bon de cinq années en avant. Mais avant cela, je dois vous dire que ces quelques années passées dans le cocoon familial, furent les plus douces de la jeune vie d’Amy.
Ah! J’allais oublier de vous dire d’où vient ce surnom d’Amy. Un raccourci d’Amanda que sa mère employa dès le début. Et ça fini par être Amanda pour tout ce qui est paperasse et Amy pour ceux qui la côtoyer de près...

Maintenant que je vous ai brièvement raconté ses premières années, venons-en à un événement qui se déroula en 1904. Un incident qui fit passer le sourire d’une enfant à des pleure du cœur.

C’était lors une belle matinée ensoleillée, d’un jour d’été. Le temps était lourd, d’une chaleur allant à l’orageux. Caroline et ses deux enfants partir de la maison pour aller au parc. Amy avait alors 5 ans et son frère 11 ans. Chacun d’un côté de leur mère, lui tenant la main tout au long de la route.
Il arrivèrent enfin au dernier carrefour avant d’atteindre le parc. Heureux d’arriver, ils entraînèrent leur mère vers l’avant pour aller plus vite. Mais cette insouciance leur coûta chère...
Une voiture arriva qui ne les aperçut pas et Caroline, pour sa part, ne la vit qu’au dernier moment. Elle n’eut que le réflexe de la mère qu’elle était, en poussant de toute la force qu’elle put donner, ses enfants vers l’avant. Leurs évitant ainsi d’être fauché par le véhicule. Mais elle, n’eut pas la chance de l’éviter, la prenant de plein fouet.

Il est vrai qu’à cette époque, les voitures n’étaient pas des bolides, mais néanmoins, elle pouvait faire des dégâts.

La progéniture de Caroline, surprit de se retrouver face contre terre, ne se relevèrent que quelques minutes après le passage de l’automobile. Et quand ils se retournèrent pour voir leur mère, qui était sensé être juste derrière eux... Ils la découvrirent 2 mètres plus loin, étaler dos contre terre, un liquide rouge et opaque coulant sur le sol avec abondance, c‘était du sang, son sang...
Ils se précipitèrent vers elle, la découvrant encore vivante et leur adressant un sourire qu’elle seul savait si bien faire pour les apaiser. Malgré la douleur qui parcourait tout son corps endolori.
Mais ce sourire ne suffit pas à retenir les larmes de ses deux enfants. Amy avait du mal à comprendre ce qui venait de se passer, sauf que c’était grave.

Des passants qui passèrent dans la rue, vinrent les aider et appeler ceux qui devaient l’être. Peu de temps après, une ambulance arriva pour emmener Caroline, mais il était déjà trop tard, à peine l’avait-il placée à l’intérieur qu’elle quitta ce monde. Enlevant par la même occasion, l’innocence que Amy et son frère avaient encore sur ce monde.
Leur père, qui n’eut la nouvelle que quand la police ramena ces enfants chez eux, ne montra pas directement la tristesse que cette annonce engendra. Il ne pleura jamais ou s’il la fait, ce ne fut pas devant ses enfants. Mais, même après plusieurs années, il ne se remaria pas, comme s’il avait perdu son amour pour une femme avec Caroline, la seul qu’il avait toujours aimé. Même s’il a eut quelques aventures que se soit aussi bien avant, qu’après la mort de son épouse.

Pour Amanda, la vie se calma par la suite, grandissant et évoluant aussi normalement que les autres enfants. Elle était simplement plus en retrait, puis elle grandit, sa féminité ressortant, ainsi que sa beauté, cela la fit réfléchir... Car elle avait bien remarqué, qu’elle attirait nombre de regard sur son passage, et elle finit par en jouer. En se mettant à manipuler ou non certaine personne, que se soit pour son profit personnel ou non. Cela dépendait des cas...

Puis à l’âge de 19 ans, elle fit la rencontre d’un dénommé Joe. Un type simple et charmant qui séduisit Amy. Elle trouva en lui, un homme attentionné, qui faisait tout pour lui plaire, sans qu’elle ne le force en quelque manière que se soit.
Et vous comprendrez donc qu’ils finirent par sortir ensemble, puis à se fiancer. Par la suite, on imagine le mariage, qui vint 1 ans plus tard.

Mais avant d’aller plus loin, arrêtons-nous 2 jours avant la date prévue pour le mariage.
Au matin de ce jour, alors qu’elle parcourait tranquillement les rues de Kanst, elle reconnut la voie de son fiancé provenant de la ruelle devant laquelle, elle venait juste de passer.
S’arrêtant net dans sa marche, elle s’adossa au mur de manière à ne pas être vu des deux parties discutant, tout en adoptant une attitude naturelle pour les gens qui passeraient à proximité. Elle écouta alors avec attention la discutions qui se tenait dans l’ombre de la ruelle. Et plus elle en entendait, plus une rage sourd montait en elle.
Puis qu’en l’échange de paroles sembla se terminer, elle reprit sa marche dans la ville. Elle ne pouvait penser qu’à ce qui venait d’être dit dans son dos.
Elle devait retourner la situation et lui faire payer. Ce qui ne tarda pas, car le soir même, une occasion s’offrit à elle...

Amanda et Joe devaient sortir au théâtre le soir de ce jour. La pièce que l’on y joué était très intéressante et pleine de rebondissement.
À la fin de la représentation, ils sortirent dehors, et ne voulant pas rentrer directement, elle lui proposa une promenade au clair de lune jusqu’à pond de pierre. Il accepta et Ils marchèrent tous deux, l’un collé à l’autre, jusqu’au lieu dit.
Sur le pond, il approcha le visage d’Amy du sien et l’embrassa. Elle ne dit rien, se laissant faire. Puis qu’en il recula, un " PAN " retenti.
Joe porta sa main sur son abdomen, puis la retira, elle était couverte de sang. Titubant en arrière, il se rattrapa au muret du pond.
Il leva ensuite les yeux vers Amanda, qu’il trouva assise sur le muret, les jambes croisaient, une cigarette dans la main gauche, dans une attitude sûr et détendu. Ce ne fit alors qu’un tour dans son esprit, ce ne pouvait être qu’elle qui lui avait tiré une balle dans le ventre. Se tenant d’une main au muret, de l’autre, il chercha quelque chose dans le revers de sa veste.

" C’est ça que tu cherche ? "

Dit-elle à Joe en balançant par l’anse et du bout de son doigt, le pistolet qui était quelque temps plutôt sur lui.
En relevant les yeux vers l’arme, il reconnut la sienne et toujours plus faible, il lui demanda:

" Pourquoi ? "

Prenant son temps pour lui répondre, elle tira une bouffé sur sa cigarette.

" Je crois que tu connais la réponse, mais si c’est ce que tu veux entendre, je vais te le dire. "

Elle reprit plus fermement l’arme en main et continua.

" Ne m’as-tu pas séduit pour te rapprocher de mon père, ne m’as-tu pas séduit par obligation et non parce que tu m’aimais. Cette réponse te convient-elle ? "

Elle prit une autre bouffée de tabac, elle était toujours d’un calme inébranlable.

" Et sais-tu, car tu dois me connaître, que ce que je déteste le plus, c’est la trahison... "

Elle descendit du mur d’un léger bond, jetant sa cigarette dans l’eau qui coulait à son rythme juste en dessous. Puis Elle leva le pistolet et tira une balle qui vient se loger dans la boite crânienne de son ex-fiancé, avant qu’elle ne pousse sont corps dans la rivière ainsi que son arme.
Et avant de partir, elle lui envoya un dernier baisser dans le vent.

Puis elle reprit le chemin de la ville, allant jusqu’au Pompes Funèbres. Là, où elle était sûre de trouver son père.
Le bar était déjà construit, même si la loi sur la prohibition, n’était pas encore voté, mais en discussion...
Ce fut ce jour, qu’elle demanda à son père de travailler pour lui. Il fut dur à convaincre, mais elle finit par y parvenir à force d’arguments et d’une discutions interminable.

Vous vous demandez peut-être ce qu’il advient du corps de ce pauvre Joe. Il a était retrouvé sur la berge, trois jours plus tard. Aucun lien ne pouvait être fait entre Amy et ce meurtre, alors tout fini par se tasser.

Après cette histoire, nous arrivons en 1920 et au 21 an d’Amanda.
La loi sur la prohibition à été voté et appliqué. Elle continu toujours de travailler pour son père. Elle n’a plus eu de véritable relation avec un homme depuis la mort de son ex-fiancé. Et elle se méfie davantage de toute personne ayant pour nom, surnom ou diminutif, Joe.

Je crois que je vous ai tout dit pour aujourd’hui. Pour connaître la suite, il suffit de se fondre en ce monde que sont les années 20 et de la regarder écrire la suite de sa vie.


[Les débuts de son histoire dans: Refuge...]

_________________
La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amanda Tiwold [Fille du patron]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fille au chapeau gris.
» Patron de tricot - Chapeau d'été
» Fille aux cheveux longs.
» Vos Barbie de petite fille
» RECHERCHE MODELE JOLI GILET OU CARDIGAN 14 ANS FILLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1920 :: Lever de Rideau :: Votre État Civil :: Les États Civil du Gang de Tiwold-
Sauter vers: